Plus de 660 personnes se sont réunies à Amiens (France): « La création remise entre nos mains »

mjoa Monday May 4, 2009 226

Plus de 660 personnes se sont réunies à Amiens (France) du 31 Avril jusqu’au 3 Mai 2009 pour le XIII congrès de la Fraternité Orthodoxe de l’Europe Occidentale.

congresfrance

Le thème central était « La création remise entre nos mains ». Différents intervenants ont débattu la question de la place de l’homme sur la terre et de sa responsabilité envers celle-ci : Michel Stavrou et Bertrand Vergely de l’institut de théologie Saint-Serge à Paris, Peter Bouteneff, professeur à Saint-Vladimir, aux États-Unis, et Elisabeth Théocritoff, théologienne et traductrice qui est connue à la fois en Angleterre, aux Etats-Unis et en Grèce. Monseigneur Séraphin Joanta, métropolite du diocèse roumain en Allemagne a prononcé l’homélie lors de la Liturgie du dimanche 3 mai, présidée par Mgr Emmanuel, président de l’Assemblée des évêques orthodoxes de France.

congresfrance1

Trois tables rondes simultanées ont ouvert la discussion sur des thèmes essentiels dans la société européenne : comment concilier l’économie de communion et l’économie de marché, et comment faire de nos villes un lieu de solidarité et de témoignage. La troisième table ronde a proposé un débat autour de la question : « Quelles voies pour l’orthodoxie en Europe occidentale ? ». Enfin une soirée a été consacrée à la mémoire d’Olivier Clément, le vendredi 1er mai. Avec sa disparition le 15 janvier dernier, La Fraternité orthodoxe en Europe occidentale a perdu une de ses grandes figures fondatrices, son président et un bâtisseur d’une orthodoxie à la fois locale et universelle.
Tous les trois ans, depuis 1971, un congrès est organisé. Il propose notamment des conférences, des tables rondes, des ateliers et des offices.

congresfrance2congresfrance3

Le souci des fondateurs de la Fraternité – parmi lesquels le père Lev Gillet, le père Boris Bobrinskoy, Elisabeth Behr-Sigel, Olivier Clément, Paul Evdokimov – s’ancrait dans la constatation d’une situation difficile pour les orthodoxes vivant en Europe occidentale : une très grande dispersion, un morcellement “juridictionnel” (des diocèses émanant des différentes émigrations et se superposant désormais sur un même territoire), le rôle relativement important de la dimension nationale des divers pays d’origine – Russie et Grèce d’abord, puis Serbie, Roumanie, Liban… – et en même temps la montée du besoin d’une liturgie et d’une catéchèse en langue française, le besoin d’une orthodoxie locale dans laquelle puissent se retrouver tous les orthodoxes, quelles que soient leurs origines ou leurs options. Et au départ, rapprocher simplement des orthodoxes qui s’étaient jusque là souvent ignorés.

 

Pour voir plus de photos Cliquez Ici

0 Shares
0 Shares
Tweet
Share