FONDEMENT DE NOTRE ACTION

ألبير لحام Monday February 7, 1944 205

LUMIERE

FEVRIER 1944                                                  “QUE VOTRE LUMIERE

Nº16                                                        BRILLE  DEVANT LES HOMMES”

FONDEMENT DE NOTRE ACTION.

La participation des laïcs, et notamment de la jeunesse à l’œuvre sainte de Renouveau doit, pour porter des fruits, s’appuyer sur une raison d’être sérieuse. Le moment est venu de replacer cette participation dans son cadre naturel, et de la développer sur des fondements inébranlables. Et c’est pour n’avoir pas su le faire que tant d’essais ont été sans lendemain ; on travaillait dans le champ de l’Orthodoxie pour des raisons politiques, sentimentales, ou intellectuelles, on ne considérait de l’Orthodoxie que l’extérieur, on n’y travaillait que du dehors…

Mais l’œuvre de Renouveau doit s’opérer dans le sein même de l’Eglise et plonger ses racines  jusqu’ à ses sources mêmes. Or une seule idée de base peut justifier une participation quelconque à cette œuvre : l’idée qu’elle s’accomplit dans le cadre de l’Eglise corps et la plénitude du Christ, et ne peut être entreprise que par des membres de ce corps vivant de sa vie. Ainsi, le fondement de notre action ne peut être que notre dignité de membres de l’Eglise qui nous investit d’une mission sacrée, et nous rend pleinement responsables de tout le corps. Car il faut que les membres aient également soin les uns des autres, puisque si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui » (I cor. XII 25).

Ce n’est donc pas à cause de leur bon plaisir, par goût ou par passe de temps, que les jeunesses orthodoxes doivent travailler dans le champ de l’Eglise. Ce n’est même pas en vertu d’une délégation ou d’une condescendance de l’autorité hiérarchique qui veut bien leur permettre de contribuer à l’effort chrétien. Ce n’est pas non plus pour suppléer à l’inactivité de cette autorité. Il ne peut y avoir dans le corps un du Christ, ni délégation ni représentation ni substitution… Mais c’est essentiellement parce que, en dehors de tout mandat, de toute suppléance, ces jeunesses sont des mémoires actifs de l’Eglise du Christ, et ils possèdent par ce fait, une mission sacrée, étant devenue « une race choisie, sacerdoce royal ; un peuple que Dieu s’est acquis afin d’annoncer ses perfections » (I Pierre II 9). Aussi …. « Les laïcs ne sont en aucune façon un élément passif dans l’Eglise Orthodoxe. Ils forment une partie réellement vivante du corps ecclésiastique, et participent comme une force active à toutes les phases de la vie de l’Eglise ». (Zankov). Car « le point de vue qui divise nettement la société ecclésiastique en deux parties : la partie active et la partie passive ne correspond pas à la véritable essence du christianisme » (Boulgakov). Ainsi, « Dans l’orthodoxie, les hiérarques sont des Anges gardiens plutôt que des princes, tandis que les fidèles y sont des membres actifs plutôt qu’administratifs » (Bouyer) C’est au peuple joint, à tous les croyants, et non seulement à la hiérarchie que s’adressent les paroles du Seigneur. « Allez, enseignez toutes les nations. Vous me rendez témoignage… »

Cette mission qui nous incombe, l’Ecriture et la Tradition en font foi : La première prédication de Saint Pierre appliquait à l’Eglise la prophétre de Joël « Je répandrai mon Esprit sur toute créature : vos fils et vos filles prophétiseront » L’Eglise Orthodoxe répète ici les paroles de Moïse qu’elle réalise en elle.

Ah ! Puisse tout le peuple de Dieu être prophète !

Puisse le seigneur envoyer son esprit sur eux !

(Nombres XI, 29 ).

(A suivre).

ALBERT LAHAM

LUMIERE FEVRIER 1944 

 

0 Shares
0 Shares
Tweet
Share