César Iskandar Bandali

mjoa Saturday December 6, 2008 336

sayedna_bandali_s» César Iskandar Bandali, né à El Mina en 1929.

» Son père est décédé en 1941 laissant cinq enfants, dont l’aîné, Costi, avait 16 ans.

» Il fut élevé au sein d’une famille croyante et engagée.

» Son frère Marcel est décédé à l’âge de 35 ans.

» Il fit ses études primaires, intermédiaires et secondaires au Collège des Frères à Tripoli.

» Il prit part aux premières réunions avec l’évêque Khodr en 1944, lorsque, deux ans après son établissement, le mouvement de la jeunesse orthodoxe commença son expansion à El Mina. Il venait alors de terminer ses études du stade intermédiaire.

» Il prit part au processus de renaissance spirituelle lancé par le mouvement de la jeunesse orthodoxe au sein duquel il assuma bon nombre de responsabilités.

» Sous l’influence de la renaissance antiochienne, il décida de rejoindre la vie cléricale, devenant diacre le 28 Août 1959 à Deir el Harf.

» Son ordination comme prêtre, par le feu évêque Elias Karam, eut lieu dans la cathédrale St Georges à El Mina le 6 septembre 1959.

» Diplômé en physique, il enseigna au collège national orthodoxe puis devint son directeur en 1957.

» Il rejoignit l’institut théologique en 1971 où il reçut son diplôme de théologie en 1975.

» Il servit comme prêtre dans les paroisses de Markabta, Karabech puis el mina.

» En 1980, le saint synode l’élut comme évêque. Il assuma par la suite la tâche de vicaire patriarcal aux côtés du Patriarche Ignace IV.

» Le 26 Janvier 1983, il fut élu par le saint synode comme évêque du Akkar.

» Il fonda plusieurs institutions et associations sanitaires et humanitaires dont l’école technique orthodoxe, le centre st Paul pour les services globaux, le centre St Georges pour les services sanitaires et sociaux, mais son projet le plus brillant reste la fondation de l’école nationale orthodoxe en 1984 qui, en peu de temps, devint la première école à Akkar et l’une des écoles libanaises les plus importantes.

» Sous son aile, Akkar a vécu une renaissance spirituelle, intellectuelle et culturelle. En fait, le Métropolite Bandali accompagna les débuts du mouvement de la jeunesse orthodoxe à Akkar dont il fut le soutien principal. En outre, il lança les conseils paroissiaux, surveilla et organisa leurs activités.

» Il a écrit plusieurs ouvrages, dont ‘Parole d’un Pasteur à sa paroisse’ et ‘lettre de Pasteur’, en plus d’un nombre de cours universitaires qu’il a enseignés à l’institut théologique de Balamand. Il a aussi publié plusieurs articles dans la revue hebdomadaire al bishara, imprimée par l’évêché du Akkar.

» Il est décédé le 3 juin 2008.

 

Remarque: Vous pouvez voir les photos du Metrpolite Boulos Bandali dans l’Album

 

0 Shares
0 Shares
Tweet
Share